Pensez à la massothérapie pour vous soigner et vous détendre

Définition

La poncture physiothérapique avec aiguilles sèches (PPAS) consiste en l’introduction locale d’une aiguille dit « sèche », donc sans intrusion d’un liquide, au niveau sous-cutané, et ce, jusqu’au niveau musculaire. Cette poncture s’effectue au site d’une fibre musculaire tendue communément appelé « point-détente ». Cette technique permet un relâchement  réflexe du muscle et permet un rétablissement de la circulation sanguine locale qui est souvent perturbée.


Point-détente (points-gâchette)

Un point-détente correspond à un point de tension au niveau d’une fibre musculaire. La douleur peut souvent être ressentie loin du point-détente. Cependant, les points-gâchettes se situent habituellement au milieu d’une contracture musculaire.


Causes

Ces points sont souvent provoqués par :

  • des mauvaises habitudes posturales,
  • des gestes répétés,
  • des carences alimentaires (Vitamines B et C, calcium, fer, magnésium,  potassium),
  • conséquence de traumatismes directs
  • secondaire à plusieurs dysfonctions : arthrose, hernie discale, sciatalgie, entorses, etc.
  • Plusieurs facteurs psychologiques peuvent expliquer l’apparition de points-détentes : stress, anxiété, dépression.

Le point-détente peut être actif (site douloureux et tendu au repos, sans pression exercé sur celui-ci) ou latent (site tendu, non-spontanément douloureux, mais douloureux lorsqu’une pression est exercée sur celui-ci).

Un point-détente non traitée peut facilement augmenter les risques de développer d’autres points-détentes latents aux alentours ou même dans des régions éloignées. Ces points-détentes latents sont susceptibles de conduire à la formation de points-détentes actifs qui peuvent accentuer le niveau de stimuli nociceptif (douloureux) au niveau de la corne dorsale de la moelle épinière. Ceci peut alors entraîner le développement d’une sensibilisation périphérique et centrale.


Indications

La PPAS  peut renverser plusieurs aspects de la sensibilisation centrale, mais aussi de la douleur locale et référée. Elle peut améliorée l’amplitude articulaire et le relâchement musculaire, en plus de modifier l’environnement chimique des point-détentes. Enfin, la PPAS peut favoriser la vascularisation et inhiber la réaction inflammatoire.

En bref, la poncture physiothérapique avec aiguilles sèches peut être utilisée comme modalité de traitement efficace pour plusieurs conditions orthopédiques telles que :

  • Tendinopathie / bursopathie
  • Hernie discale lombaire avec ou sans sciatalgie
  • Maux de tête et migraines
  • Douleurs chroniques
  • Fasciites plantaires
  • Entorses cervicales et lombaires

Pathophysiologie des point-détentes

Plusieurs théories ont été avancées pour expliquer l’apparition des points-détentes. La principale théorie concerne la plaque motrice du muscle et la libération à des taux exagérés d’acétylcholine. Ce qui entraîne un raccourcissement du sarcomère (unité de base des myofibrilles des muscles striés) par hyperexcitabilité de l’unité motrice et la décharge de nocicepteurs. Le rétrécissement des sarcomères conduit à la diminution de la circulation sanguine locale, à l’ischémie, à la baisse du ph et finalement à la carence énergétique du muscles (ATP). Tout ceci favorise ainsi un environnement propice à la continuité de la formation de points-détentes.


Distinction entre l’UASD et l’acupuncture

La poncture physiothérapique avec aiguilles sèches cible principalement la diminution de la douleur par le  relâchement musculaire,  le contrôle du processus inflammatoire  ainsi que la modification des schèmes de stimulation du système nerveux.  Elle est basée sur des principes anatomiques de la médecine occidentale  et moderne et se réfère  aux concepts neurophysiologiques du corps humain.

Pour sa part, l’acupuncture s’appuie sur des fondements de la médecine traditionnelle chinoise, par l’introduction d’aiguilles sèches le long de méridiens (canaux) énergétiques et ainsi rééquilibrer le Chi (conception orientale de l’énergie vitale),  afin de traiter diverses conditions telles que des troubles du système digestif, respiratoire, endocrinien, circulatoire, urinaire, reproducteur et certains troubles généraux (fatigue, stress, anxiété, migraines, insomnie, etc.)

Ainsi, quoi que les deux techniques se ressemblent beaucoup de par leur utilisation, chacune se distingue de par leur concept théorique.


Contre-indications

La poncture physiothérapique avec aiguilles sèches est contre-indiqué pour les conditions suivantes :

  • Femmes enceintes
  • Enfants (moins de 14 ans)
  • Prothèse orthopédique (chirurgie récente) pas de puncture dans la région pour 6 semaines à 3 mois
  • Patient intoxiqué par l’alcool ou drogue
  • Fièvre
  • Hémophilie
  • Peau brûlée ou greffée
  • Lymphœdème

Contre-indications (locale)

  • Infiltration locale de corticostéroïdes (avant 3 semaines)
  • Infection locale
  • Trouble de la sensibilité : Hypoesthésie
  • Trouble vasculaire : pied diabétique, insuffisance vasculaire, ulcères variqueux, œdème important (de nature systémique)

Précautions

  • Porteurs de pacemaker
  • Patients anti-coagulés ou ayant des troubles de coagulation
  • Corticostéroïdes (per os)
  • AINS
  • Cancer
  • Emphysème et autres (MPOC)
  • Morphologie particulières (cachexie)
  • Anxiété, crainte des aiguilles
  • Activité physique soutenue prévue avant ou après le traitement
  • ATCD de choc vagal
  • Diabète

Précautions (locales)

Hyperalgésie, dysesthésie, allodynie, algodystrophie sympathique réflexe, inflammation locale aiguë