(MESSAGE IMPORTANT) En raison de rénovations, nos locaux sont temporairement déménagés au 5133, chemin de Chambly à St-Hubert, à 5 min. de route de notre adresse régulière, près du Mondou et de la jonction entre la 116 et Chemin de Chambly. Nous reprendrons nos activités le 15 septembre 2017. Pour toutes questions, appelez-nous au 450-926-2557 ou cliquez ici.

Comment traiter une commotion

Le printemps est bien entamé et l’été se présente bientôt devant nous! C’est pour certains, le début tant attendu des saisons de soccer et de football qui amènent beaucoup de plaisir, mais aussi parfois quelques blessures. C’est pourquoi nous vous parlons aujourd’hui des commotions cérébrales qui sont fréquentes dans les sports d’équipe. Les informations qui suivent vous permettront d’en savoir plus sur la prévention et la gestion des commotions cérébrales.

Football Collision

Au soccer comme au football, une variable revient fréquemment : les coups portés à la tête et au visage. Le résultat peut provoquer la commotion cérébrale ou le traumatisme craniocérébral (TCC). Il s’agit d’une atteinte complexe du cerveau causée par un impact de celui-ci contre la cavité crânienne. Sachez que la commotion est possible sans impact à la tête. Par exemple, dans un accident de voiture, l’accélération et la décélération brusques de la tête sont suffisantes pour que le cerveau soit propulsé contre la boîte crânienne, comme le serait un jello dans un bol hermétique.

Heureusement, avec l’évolution des écrits scientifiques et les efforts collectifs de prévention, la population est en mesure de dépister davantage les signes et symptômes de la commotion cérébrale. Si vous avez suivi les séries éliminatoires de hockey ce printemps, vous avez pu constater ce qui est arrivé au joueur étoile, Sidney Crosby, qui a reçu deux impacts à la tête en quelques matchs…

Portrait clinique de la commotion cérébrale :

Symptômes Signes observables
Maux de têtes (Céphalées)

Douleur au cou/ à la nuque

Nausée/ Vomissement

Étourdissement

Sensation d’avoir la tête dans les nuages

Amnésie/ diminution de la mémoire

Fatigue

Diminution de l’équilibre

Hypersensibilité aux sons et à la lumière

Diminution de l’acuité visuelle, vision dédoublée

Somnolence

Désorganisation

Changements au niveau de l’humeur ou du comportement (Irritabilité)

Confusion

Diminution des habiletés motrices

Troubles du sommeil

Troubles de l’équilibre

Perte de connaissance

En présence de ces signes et symptômes en aigu, la règle de base est le repos complet, au niveau physique autant que cognitif, pour une semaine ou jusqu’à ce que les symptômes soient complètement disparus dans la vie de tous les jours. N’oubliez pas que le cerveau a été blessé et que, comme tout autre tissu du corps humain, il a besoin de temps pour guérir!

Quelqu’un qui aura tendance à minimiser ses symptômes et à persister dans l’effort physique risque d’augmenter ses séquelles physiques et cognitives en lien avec la commotion. L’idéal est d’entreprendre un suivi interdisciplinaire en consultant un physiothérapeute, un médecin, un ergothérapeute ou autre professionnel de la santé ou du sport afin de favoriser une guérison complète.

Pour un jeune commotionné, le simple fait de lire et de se concentrer à l’école pourra déclencher ses symptômes. La réadaptation pour reprise des activités cognitives se fera donc selon des étapes progressives qui ne doivent jamais déclencher les symptômes de la commotion.

Pour débuter le retour au jeu, il est primordial que les signes et symptômes soient disparus depuis au moins 24 à 48h. La progression se fait ensuite progressivement sans déclencher les symptômes. Le physiothérapeute sera en mesure de vous guider à travers les différentes étapes du retour aux sports.

Enfin, sachez que si les symptômes persistent depuis plus de 10 jours après la commotion, il est très important de consulter un professionnel. Le physiothérapeute fera une évaluation complète qui permettra de vérifier si d’autres causes pourraient expliquer les symptômes, par exemple des maux de tête persistants pourraient provenir de tensions musculaires et de raideurs au cou qui mériteraient d’être traitées pour accélérer la guérison.

Pour plus d’information, n’hésitez pas à communiquer directement avec nous!

En espérant tous vous voir en santé pour les prochaines saisons sportives. Sinon, comptez sur l’équipe de Physio St-Hubert pour vous aider à vous remettre sur pied!

Pierre-Marc Darsigny et Justine Emond-Larochelle,

physiothérapeutes chez Physio St-Hubert.

Vous aimeriez rencontrer un physiothérapeute ?

Notre réceptionniste vous contactera !